Les sacrifices à faire pour vivre dans une Tiny house

Quand on fait visiter notre chaleureuse demeure, on voit plusieurs types de réactions. Les gens sont souvent surpris par le fait que notre tiny house est en fait plutôt spacieuse! Les réactions sont, la plupart du temps, positives, mais certaines personnes ne se verraient pas du tout vivre dans notre maison. Et c’est tout à fait normal. Elle a un style et une configuration qui a été créée à partir de nos besoins et de nos gouts à nous.


Voici Rémi dans son habitat naturel… Comme il ne lit jamais mes articles, il ne devrait pas trop m’en vouloir. 😉 

 

D’ailleurs, si vous voulez faire une visite virtuelle de la maison, vous pouvez cliquer ICI pour voir plus de photos! 

 

 

D’autres encore commencent à rêver de leur propre tiny house et imaginent alors un design qui leur correspond selon leurs propres désirs. Et ça, je trouve que c’est merveilleux! C’est d’ailleurs la raison qui me pousse à vouloir partager notre mode de vie sur internet. Je veux que ceux que ça intéresse aient le loisir de s’inspirer de ce que nous faisons, tout en adaptant le concept à leur personnalité.

Je tenais à inclure une place pour mon hamac king size… Comme quoi les tiny houses peuvent se modeler à nos envies les plus extravagantes.

 

On m’a demandé quelques fois quels sont les sacrifices que l’on doit faire pour arriver à vivre dans si petit. J’ai bien réfléchi à la question et je crois que je ne trouve aucun aspect de ma maison qui ait nécessité un réel sacrifice. Pourquoi? Parce que lorsque Rémi et moi avons construit la maison, nous avons identifié quels étaient nos réels besoins et nos désirs. Nous avons fait des compromis sur des choses qui n’avait pas vraiment d’importance pour nous, alors nous n’avons, ni l’un ni l’autre, l’impression de manquer de quoi que ce soit.

 

Comme je l’expliquais dans mon précédent article, que vous pouvez lire ICI, la conception de notre maison a pris 2 fois plus de temps que sa construction. Nous nous sommes concentrés sur ce que nous voulions vraiment inclure à notre espace plutôt que sur ce que nous ne voulions pas. Je pense qu’il est ainsi plus facile de bâtir le concept autour de ces aspects essentiels, car ce qui est superflu s’élimine ensuite de lui-même.

 

Par exemple, Rémi voulait que nous ayons un grand sofa, pour que nous puissions facilement nous allonger dans le salon. Il souhaitait également que nous ayons un loft fermé et des escaliers pour y monter.

 

 

Quant à moi, je souhaitais que ma fille ait également un loft fermé pour qu’elle puisse avoir un espace juste pour elle. Je voulais une cuisine spacieuse, avec un grand comptoir. Je souhaitais aussi avoir une petite baignoire pour qu’Aurélie puisse se laver facilement, et aussi, je voulais une place pour pouvoir installer mon hamac.

 

Finalement, nous avions également beaucoup de désirs communs, comme de grandes fenêtres pour que la maison soit remplie de lumière, une grande douche, une place pour avoir une laveuse dans la maison, un poêle à bois dans le salon. Nous voulions également un garde-robe d’entrée pour y ranger nos manteaux et bottes en hiver, et surtout des espaces vides. Nous ne voulions pas que notre maison ait des espaces de rangement à chaque pouce carré et que tous les murs soient couverts d’étagères. Avoir la vue dégagée aide à ne pas se sentir cloitré, et je pense que c’est précisément ce qui fait que notre maison a l’air si grande.

 

 

Après avoir précisé, au fil des jours et des semaines, ce que nous voulions vraiment, tout, c’est mis en branle de façon très harmonieuse. Nous avons tous les deux naturellement délaissé certaines choses qui ne nous apportaient pas vraiment de satisfaction pour faire de la place à ce qui importait vraiment. Par exemple, nous n’avons pas de micro-onde. Nous n’en avions pas non plus dans notre ancien appartement, ni de lave-vaisselle. Cela ne faisait pas partie de nos priorités. Pas de sécheuse non plus, car cet électroménager prend beaucoup de place et nous n’y tenions pas. Nous avons aussi très peu de bien. Juste ce qu’il faut de vaisselle et d’items de cuisine. Très peu de vêtements et d’objet en général. Ici, tout a une utilité ou une valeur à nos yeux.

 

 

On peut dire que nous sommes très minimalistes comparativement à beaucoup de Québécois. Par contre, je tiens à dire qu’être minimaliste n’est en rien obligatoire pour vivre la vie en mini. Il suffit simplement de faire de la place à ce que l’on aime, et tout ce qui n’est pas nécessaire semble de lui-même superflu.

 

Finalement si vous n’avez qu’à retenir une chose de ce texte, je voudrais que ce soit qu’avoir une tiny house n’est en rien un sacrifice. Au contraire, c’est un mode de vie riche et qui nous permet de connaitre une paix que peu de gens ont la chance de connaitre de nos jours.

 

Alors, la prochaine fois que l’on me demandera quels sont les sacrifices que l’on doit faire pour vivre dans une mini maison, ma réponse sera la suivante : Aucun.

😉

 

À bientôt

 

Noémie.

 

 

Tags:

Leave a Reply



Rejoignez-moi sur Facebook


Ma Chaîne Youtube


Derniers Articles


Commentaires Récents


  • Marie-Pier D.: Je suis totalement d’accord 🙂
  • Noémie: Merci beaucoup! 🙂
  • Stephanie: Tu es tres inspirante et c’est avec grand plaisir que je partage ton...
  • Noémie: Merci Dominique 🙂
  • Dominique: Belle réflexion Noémie. ☀️